Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adhésion ou soutien à EPC

 

Publié par ezkerralde

Journal Sud Ouest le 5 11 2012 par Raphaelle Gourin

Les réalisations du maire passées à la moulinette

L'association prépare le combat des municipales autour des trois élus d'opposition socialistes. Elle tire un bilan sévère du travail de la majorité en place.

Dominique Duguet : « Avec ce projet de résidence-senior, la Mairie ne fait pas de social, elle fait surtout de la spéculation immobilière. »

Dominique Duguet : « Avec ce projet de résidence-senior, la Mairie ne fait pas de social, elle fait surtout de la spéculation immobilière. » (PHOTO R. G.)

Une soixantaine d'adhérents, des conférences-débat sur des thèmes, un blog, une boîte à idées où les adhérents peuvent partager et débattre de leurs propositions : pas de doute, l'association Ciboure Ezkerralde est en train de préparer la riposte pour les municipales autour des trois membres socialistes de l'opposition cibourienne. Créée il y a un an, entre pistes pour l'avenir (lire ci-dessous) et bilan à charge, elle fait d'ores et déjà le point sur le travail de la majorité.

1 Un leitmotiv : leurs conditions de travail

C'est l'un des leitmotivs de l'opposition cibourienne. Elle martèle régulièrement, lors des conseils municipaux, la difficulté qu'elle a à s'exprimer pour « faire des propositions ». Dominique Duguet, chef de file du groupe de gauche au sein de l'opposition, parle une nouvelle fois d'un « manque de démocratie ».

Elle cite par exemple « des commissions qui fonctionnent à minima », « une exclusion des gros projets de la Ville qui ne passent pas en commission » ou encore une municipalité qui « traîne les pieds pour nous donner les éléments des dossiers lorsque nous les demandons ».

2 Des craintes pour les effectifs des écoles

On s'en souvient, en décembre 2009, des fissures inquiétantes apparues dans les locaux de l'école Marinela avaient contraint la mairie à fermer l'établissement. Depuis, les enfants de maternelle sont hébergés à l'ancienne école Jules-Ferry, réhabilitée en attendant les travaux de refonte de Marinela, annoncés par le maire, Guy Poulou, pour fin 2012.

L'association Ciboure Ezkerralde range ce dossier dans la catégorie des « échecs » de la municipalité en place. Au-delà des 732 086 euros dépensés pour la remise en état de Jules-Ferry, elle pointe surtout l'impact du déménagement sur « les effectifs scolaires ». Ciboure Ezkerralde, par la voix de Dominique Duguet, craint des répercussions sur les effectifs du primaire : « Il y a une vingtaine d'élèves en moins à la maternelle Marinela cette année, ce qui implique des conséquences graves pour les prochaines entrées en CP ».

3 Des toits pour quels seniors ?

Le cahier à charge de l'association liste aussi les initiatives prises en faveur des personnes âgées par la Mairie. « Le projet de maison de retraite est passé à la trappe à cause d'un acte notarié où une clause suspensive avait été oubliée. Tout ça a entraîné une procédure juridique. Guy Poulou a gagné. Mais on a perdu six ans dans cette affaire, et surtout, la maison de retraite est passée sous le nez des Cibouriens », résume Dominique Duguet.

L'élue et ses amis estiment que le projet de résidence-senior proposé en retour et validé en conseil municipal voilà quelques semaines (nos éditions précédentes) ne compense aucunement cette perte. « C'est une opération immobilière qui n'est pas accessible au plus grand nombre, en regard des prix, analysent les membres de l'association. Avec ce projet, la mairie ne fait pas de social, elle fait surtout de la spéculation immobilière. »

4 Urbanisme : logement et PLU

Ciboure Ezkerralde critique également vertement la longueur de l'élaboration du futur PLU, en cours d'achèvement. « À Ciboure, il aura fallu presque dix ans et demi, alors que la moyenne est en général de quatre ans et demi », rappellent les élus socialistes. Ils insistent sur les conséquences induites : « Cela bloque certaines réalisations, le lotissement Sainte-Thérèse, par exemple. »

De quoi rebondir sur « le manque de logements sociaux à Ciboure ». S'il y a certes eu des constructions pendant le mandat, les militants de gauche déplorent une « très faible proportion de logements sociaux », notamment en locatif. Le nombre a augmenté, « mais pas la proportion par rapport à l'accession classique qui reste de 9 %, calculent-ils. Nous ne sommes pas du tout dans les clous par rapport à la loi SRU qui en prévoit 20 %. Il nous manque encore 381 logements sociaux pour y arriver. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article