Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adhésion ou soutien à EPC

 

Publié par ezkerralde

06h00
Par arnaud dejeans
0 commentaire(s)

Ciboure

La Lyonnaise s'est fait tirer les oreilles

Les raisons de l'inondation de samedi sont maintenant connues : l'exutoire principal du centre-ville était obstrué.

 Les techniciens ont compris le phénomène de « bouchon » qui a empêché l'eau de se retirer des rues de Ciboure samedi. PHOTO A. D.

Les techniciens ont compris le phénomène de « bouchon » qui a empêché l'eau de se retirer des rues de Ciboure samedi. PHOTO A. D.

Les oreilles de la Lyonnaise des eaux ont sifflé samedi midi, alors que de nombreuses habitations et commerces du centre de Ciboure étaient inondés après les violentes pluies de la matinée. « Ce n'est pas possible ! L'eau ne redescend pas », fulminait un commerçant vers 13 heures. « Il doit y avoir un problème, car la marée descend depuis 9 heures. Normalement, le surplus aurait dû être évacué. »

Le Cibourien avait vu juste. Car c'est désormais officiel : c'est bien un dysfonctionnement dans le réseau unitaire (eaux usées + eau pluviale) qui est à l'origine du problème. Dès samedi, les services techniques municipaux avaient pointé du doigt un problème du côté de l'exutoire principal qui se jette au niveau du port de Larraldenia. Un constat confirmé hier, lors d'une réunion de crise à la communauté de commune Sud Pays basque (qui a la compétence assainissement) par la Lyonnaise des eaux, le délégataire en charge de l'entretien du réseau.

Le gros tuyau de 150 centimètres de diamètre était censé rejeter le trop-plein du réseau au plus fort de l'averse. Mais il n'a pas joué son rôle puisqu'il était totalement obstrué par des galets charriés par l'océan. C'est la raison pour laquelle l'eau a mis au moins trois heures à quitter les rues de Ciboure. Le fameux phénomène du « bouchon » décrit samedi par les riverains du centre-ville.

« Lors des dernières inondations, il y avait la conjonction de la marée haute à fort coefficient et des grosses précipitations. Donc nous n'avons jamais soupçonné un problème sur le réseau d'assainissement », note le maire Guy Poulou, qui a fait constater le problème sur l'exutoire principal par un huissier hier vers 17 heures.

L'invasion des galets

Lors d'une réunion qui a eu lieu hier matin à la CCSPB (1), la Lyonnaise a confirmé l'hypothèse de l'exutoire obstrué. Ce n'est donc pas un problème d'ouverture de vannes, ni la conséquence du nouveau cheminement des eaux usées depuis la construction de la station d'épuration de Laburrenia sur les hauteurs d'Urrugne qui explique le gros couac de samedi.

Sans vouloir fuir leurs responsabilités, les responsables de la Lyonnaise des eaux tiennent quand même à préciser : « Il y a eu des chutes d'eau exceptionnelles : 25 mm dans la nuit de vendredi à samedi et 50 mm de 9 h 30 à 11 heures. 75 mm, c'est l'équivalent d'une pluie décennale. Il y a aussi un défaut dans la conception de l'exutoire qui récolte tous les galets venus de la baie », se défend le directeur technique de l'entreprise, Pierre Echavidre.

Même si le climat de la réunion était un peu tendu au départ, les participants ont tenté de trouver des solutions pour éviter que ce genre de désagrément ne se reproduise. Le plus urgent étant de nettoyer complètement l'exutoire du port : « Nous allons devoir travailler à marée basse car cette arrivée d'eau est immergée la plupart du temps », prévient le responsable à la Lyonnaise qui a installé sur le port, en attendant, deux grosses pompes de 200 m³/heure chacune.

De son côté, le syndicat de la baie devra réfléchir à l'installation d'un coude ou d'un clapet pour éviter l'invasion des galets. Autre préconisation pour régler définitivement le problème : la construction d'un bassin de stockage de 2 000 m³ et d'une station de pompage pour régler définitivement le problème. Alors qu'elle vient de débourser 35 millions d'euros pour améliorer l'assainissement des villes de Saint-Jean-de-Luz, Ciboure et Urrugne, pas sûr que la Communauté de communes se délecte à l'idée de sortir une nouvelle fois son carnet de chèques. En attendant, les sinistrés de Ciboure peuvent contacter la mairie au 05 59 47 64 50.

(1) Étaient présents à la CCSPB : le président Michel Hiriart, Albert Larrousset (vice-président et responsable de la commission assainissement), Guy Poulou (maire de Ciboure), la Lyonnaise des eaux et les techniciens du service environnement de la CCSPB.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article