Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adhésion ou soutien à EPC

 

Publié par ensemblepourciboure

Sud-ouest du samedi 21 novembre 2009

CIBOURE. La préfecture a ordonné la fermeture de l'école jeudi en raison de la grippe A. 23 élèves sur 77 étaient absents. Les enseignants ont préparé un programme de révisions

L'école Aristide-Briand est fermée jusqu'à jeudi

L'école Aristide-Briand est fermée jusqu'à jeudi. (photo p. s.)
L'école Aristide-Briand est fermée jusqu'à jeudi. (photo p. s.)

Hier matin, à l'heure de la récré, la cour de l'école Aristide-Briand sonnait creux. L'établissement de Ciboure a été contraint de fermer ses portes jeudi soir par arrêté préfectoral. 23 élèves étaient déclarés absents sur un effectif total de 77. Soit près du tiers des écoliers. Quatre ou cinq cas de grippe A H1N1 sont, a priori, avérés, les autres souffrent « d'états grippaux » selon la formule consacrée. Tout le monde a été prié de rester à la maison jusqu'à mercredi inclus. L'établissement rouvrira ses portes jeudi matin.

En attendant, hier matin, les quatre enseignants ont préparé un programme afin que les enfants ne perdent pas le fil de leur scolarité. « On assure une continuité pédagogique, explique Thomas Irastorza, le directeur de l'école. On a préparé un programme de travail, plutôt des exercices de révision. Pas d'apprentissage de choses nouvelles, car le lieu où on apprend, c'est l'école. »

Absence crescendo

Ces cours par correspondance concernent essentiellement le français et les mathématiques. « Des exercices que l'on corrigera à la reprise », ajoute Thomas Irastorza. Des travaux de 45 minutes, de l'étude des sons pour les CP au coloriage magique pour les CE1, en passant par la géométrie et de l'expression écrite sur « raconte ce que tu as fait pendant la fermeture de l'école », il y a de quoi s'occuper trois jours.

Depuis lundi, le nombre d'absents allait crescendo à l'école Aristide-Briand. Dans une classe de CP, jeudi, ils étaient 9 sur 18 (7 sur 20 dans l'autre classe de CP, 4 sur 18 et 4 sur 21 en CE1).

Le directeur de l'école ne fut par conséquent pas surpris par la décision de la préfecture. « Vu les chiffres, c'est logique, convient Thomas Irastorza. C'est le processus normal de précaution. Les parents l'ont bien compris, ça s'est bien passé hier (jeudi) soir au moment de reprendre les enfants. »

Les parents s'organisent

Hier après-midi, autour du fronton, plusieurs parents d'élèves profitaient du beau temps pour improviser un debriefing après avoir retiré à la mairie les cours pour leurs enfants. La grippe plane bien sûr sur toutes les conversations. « Comment va ton fils ? » « Il a toujours de la fièvre ? » sont les questions qui reviennent le plus souvent. « Savez-vous si d'autres écoles sont touchées ? », demande une maman. Pas de psychose, juste savoir si Aristide-Briand est un cas unique ou le point de départ d'une pandémie. Tout au long de la journée, les parents se sont organisés pour la garde des enfants en début de semaine prochaine.

« Heureusement que ce n'est que deux jours, lundi et mardi », souligne cette mère d'élèves.

Le système D est déclenché sans trop de difficultés, entre une en congé parental, l'autre sans profession mais aussi les grands parents qui vont être sollicités pour ces deux jours loin de l'école, mais la tête aux devoirs. La solidarité joue.

Les enseignants, aussi, restent chez eux, comme le prévoit la procédure. Ce ne sera pas le cas de ceux de Ciboure car ils sont en formation toute la semaine prochaine. Du coup, leurs remplaçants, qui devaient arriver lundi ne prendront leur fonction que jeudi.

Auteur : pierre sabathié
p.sabathie@sudouest.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article