Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adhésion ou soutien à EPC

 

Publié par ensemblepourciboure

Le maire Guy Poulou et Jean-Bruno Boyé devant l'une des fissures les plus spectaculaires de l'école. (photo Patrick Bernière)Ecole Marinela

Ce matin, les élèves cibouriens de la maternelle Marinela vont découvrir de nouveaux lieux : les trois classes de moyens et de grands (65 enfants) seront dans les locaux des PEP à Socoa, les associations qui occupaient les lieux ayant été relogées ailleurs, et les 42 petits seront accueillis à la maternelle d'Urdazuri. Ceci jusqu'en février, en attendant le réaménagement du bâtiment en école, sa vocation d'origine.

L'école a en effet été fermée lundi soir, les parents ayant tous été avertis soit directement, soit par téléphone. Des micro-fissures apparues il y a quelques semaines se sont brutalement élargies et la décision d'évacuer les lieux a été prise par le maire, Guy Poulou.

Le chantier voisin ?

En octobre 2008, un état des lieux préalable aux travaux voisins du bassin de rétention avait été fait. Ce chantier a débuté en avril. Fin août, les peintres qui travaillaient à l'école ont signalé des micro-fissures. Dix-huit repères ont été posés, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, sur l'ensemble des bâtiments, construits à trois époques différentes, le plus récent datant de 1998.

« Depuis le 9 septembre, tous les mercredis et certains samedis, nous venions vérifier l'évolution », explique Jean-Bruno Boyé, directeur des services techniques de la ville de Ciboure. « Mercredi dernier, la situation s'est brutalement aggravée, touchant des éléments structurants comme des poutres dans le préau couvert. En tout, trois poutres et deux murs sont sérieusement dégradés, à la limite de la rupture. Des fissures de 11 mm se sont élargies en une semaine à 16 mm. J'en ai été averti et j'ai alerté le maire, qui a pris la décision de fermer l'établissement. »

L'entreprise de menuiserie-chauffage qui assure l'entretien a de son côté signalé des « structures tendues ». Le chauffage et le gaz ont été coupés.

Expertise programmée

Il y a un mois, une visite a été organisée avec la société qui s'était chargée du gros oeuvre et le bureau d'étude. Les documents concernant la construction de l'école ont été réunis et l'expert disposera de tous les éléments. Il devra procéder à des analyses du sol, des sondages sur les 38 pieux qui supportent une partie des bâtiments, étudier le comportement géologique en fonction des fluctuations météorologiques...

Le chantier du bassin de rétention a nécessité des forages pour poser des pieux de 11 m à 16 m de profondeur. Les dégradations de l'école pourraient venir de là.

En revanche, la crèche qui jouxte la maternelle, aux fondations traditionnelles, est intacte.

Auteur : PAULINE PIERRI

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article