Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adhésion ou soutien à EPC

 

Publié par ensemblepourciboure

Le 4 septembre, à l’ordre du jour du conseil municipal, ont été présentées les nouvelles règles d’urbanisme de Ciboure.
Voici l’intervention de Dominique Duguet – Groupe d’opposition Ciboure d’Abord
 
PADD
Quelques incohérences ont été relevées entre le PADD d’une part et le document graphique et le règlement d’autre part.( voie de contournement – socoa)
 
Le règlement
Les règles et leurs contraires en font un règlement où finalement tout est permissible.
Ce qui signifie que suivant l’humeur du moment, vous pourrez accorder ou refuser, Monsieur le Maire, telle hauteur, telle limite etc…
Il n’y a aucune garantie que tout le monde soit à la même enseigne, qu’il y ait traitement égal entre chaque propriétaire.
 
Le PLH et Zone AU1
Grâce au futur PLH (plan local d’habitat) qui n’est pas encore finalisé à la CDC (Communauté de Communes), vous nous garantissez sur la zone AU1 : (7,80 ha) des logements locatifs sociaux à raison de 5000 m² de SHON sur une SHON globale de 25 000 m² soit 20 % !
Et si je compte bien, vos 33 % ne correspondent en réalité qu’à moins de 25 % du nombre de logements. Si j’ai bien compris  vous faites 100 logements hors social, vous y rajoutez 33 % soit 33 logements soit un total de 133. Le pourcentage de logements sociaux33/133 est bien de 24,51 %.
Pour noyer le poisson, on nous présente une salade mixte entre les SHON et le nombre de logements. Il est regrettable que, bien que cette promotion immobilière soit déjà très avancée, nous n’ayons que très peu d’éléments.
Une remarque : si nous faisons le total du détail de la répartition (page 39 du rapport de présentation) il manque 500 m² qui ne sont pas définis. Merci de nous en préciser la destination.
 
SRU
Vous dîtes vouloir rattraper votre retard sur la loi SRU, quel dommage de ne pas y avoir pensé plutôt en exigeant sur toutes les promotions immobilières depuis 2001, un quota de logement social au titre de la mixité sociale.
Une petite étude sur le logement principal est édifiante :
Au 1/01/2003 nous comptions 3267 résidences principales (source ; service urbanisme de Ciboure)
Dans le rapport de présentation, pour 2006, on en dénombre 3290 (source préfecture), 2904 source Insee, 3121 en page 36 logements HLM compris (286).
On en aurait le tournis !
Alors, on ne peut que constater que  malgré tous les nouveaux logements construits à Ciboure, le nombre de logements principaux diminue. Je rappelle que les 20 %  se calculent d’après  le nombre de résidences principales : si ce chiffre diminue, les 20 % également !
Et que finalement, il vaut mieux laisser faire les choses, car ainsi, sans bouger Monsieur le Maire, le quota minimum des 20% sera atteint …. Vous aurez la conscience tranquille et le sens du devoir accompli.
 
Aspect environnemental 
Le SCOT dans son rapport de présentation évoque le label Haute Qualité Environnementale (HQE), où le mode d’habitat plus respectueux de l’environnement est aujourd’hui une des voies de réalisation concrète des principes du Développement Durable.
(Il s’agit d’utiliser des matériaux non polluants et dont la nature permette de réaliser des économies d’énergie. La position du bâti tient compte de la réalité climatique afin d’en tirer le meilleur parti (récupération de l’eau de pluie, captage de l’énergie solaire, etc.).
Pourquoi ne pas imposer un coefficient Ubat sur les nouvelles constructions ?
 
Pour terminer, Mr le Maire
Pour moi, une gestion municipale doit envisager le meilleur pour l’intérêt de la ville et de ses habitants. Là je ne suis pas convaincue par votre PLU
Vous  ouvrez l’urbanisation au maximum avec un minimum de règles.
Vous ne protégez pas suffisamment la population locale (et je pense plus particulièrement aux jeunes) et ce au profit des résidents secondaires (plus de 40 %)
Avec le PLU, vous aviez l’occasion de freiner la spéculation immobilière,
Vous aviez l’occasion de participer activement à la réalisation des économies d’énergie, enjeu majeur de notre époque
 
Alors je pose la question : Mais quand, Mesdames et Messieurs  deviendrons-nous responsables ?
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article