Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adhésion ou soutien à EPC

 

Publié par Le Cibourien

L’ancien chef de file abertzale s’est éteint Publié le 20/08/2015 par R. G.

Le Cibourien Ramuntxo Mintegui est mort chez lui à l’âge de 62 ans.

L’enseignant était élu jusqu’en 2014.

L'ancien élu municipal abertzale de Ciboure, Ramuntxo Mintegui, vient de s'éteindre à l'âge de 62 ans, chez lui, après un an d'une courageuse lutte contre le cancer. Les obsèques du père de famille, issu d'une vieille famille cibourienne, militant et enseignant apprécié, auront lieu demain à 10 h 30, à l'église Saint-Vincent.

Il enseignait les mathématiques au collège Sainte-Marie, notamment en langue basque, depuis une trentaine d'années, après avoir travaillé en tant que statisticien en région parisienne et avoir été coopérant au Niger. Il y est décrit comme un professeur particulièrement investi et soucieux des autres, qu'il s'agisse de ses collègues dont il défendait les droits en tant que syndicaliste ou de ses élèves. C'était le genre d'enseignant à prendre du temps pour ceux qui le souhaitaient à l'heure de la pause déjeuner afin de les aider ou de leur réexpliquer une notion mal comprise.

Une force tranquille

À Ciboure, il fut le premier abertzale de Ciboure à passer la barre symbolique des 10 % au 1er tour des municipales de 2001. Au Conseil municipal, il a ensuite ferraillé dans l'opposition pendant deux mandats, de 2002 à 2014. Seul de sa liste, Ziburu Bizi, à siéger lors de son premier mandat, il a ensuite été réélu dans le groupe de gauche plurielle. Ses anciens colistiers évoquent un homme de dialogue, posé, réfléchi, droit, intelligent, humble. Une force tranquille qui parlait peu, mais bien, et dont chaque mot pesait d'autant plus.

Respecté aussi par ses adversaires, homme de terrain, fin connaisseur de sa ville de Ciboure et de ses problématiques, ceux qui ont travaillé sur les dossiers avec lui soulignent sa capacité d'analyse et de prospective. Après des années de persévérance pour asseoir la place de son camp dans la vie politique locale, il avait décidé de passer le relais en 2014. Ravi de voir que Ziburu Bizi s'étoffait de jeunes gens prêts à s'investir à leur tour, il a beaucoup travaillé auprès d'eux pendant la campagne, attaché à leur mettre le pied à l'étrier dans les règles de l'art et à leur transmettre son expérience.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article