Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adhésion ou soutien à EPC

 

Publié par Le Cibourien

Notre commentaire

Nous avions constaté déjà lors des Fêtes de Socoa le 30 mai 2015 des dérives.
Certaines casetas avaient fermé plus tôt pour ne pas subir des dégradations.
Grand nombre de jeunes (et même des moins de 16 ans) étaient venus avec leur bouteille remplie de boissons alcoolisées.

Aucun enseignement n'a été tiré.
Les conséquences du bal : altercations, dégradations sur la plage, dans le port et même chez des particuliers.
Le comité des fêtes n'a pas, à notre avis, la capacité et la compétence pour gérer ce type d'événement . Les bénévoles du comité ne sont pas là pour maîtriser les dérives alcooliques et les bagarres. Ils sont là pour nous apporter leur bonne humeur lors de belles animations.

Il était temps que le maire en prenne conscience et prenne des mesures.....et dommage pour le bal !
Les priorités devraient porter sur la sécurité de nos jeunes.
Cela relève aussi de la responsabilité municipale.

Sud Ouest du 17 juillet 2015

Dégradations, nuisances, blessures : la nuit de mardi à mercredi a été très mouvementée. Trop selon les organisateurs.

Pays basque : le bal du 14 juillet dégénère à Socoa
« On ne s’attendait pas à une foule si dense à Socoa. » ©

 

DR
Le comité des fêtes et le maire de Ciboure (Pyrénées-Atlantiques) sont sur la même longueur d'ondes : « C'est la dernière fois que nous organisons le bal du 14 juillet, à Socoa. Le feu d'artifice sera maintenu l'an prochain, mais il n'y aura plus de fête sur la plage. » Un coup de gueule suite à la soirée de mardi soir qui a dégénéré. Des centaines, voire des milliers de personnes, des mineurs pour la plupart, ont débarqué par vagues, cette nuit-là, pour admirer le feu d'artifice et assister au concert gratuit programmé par les jeunes du comité des fêtes. Au menu : DJ et musique électronique.

« Il n'y avait plus un grain de sable de libre sur la plage de Socoa, je n'ai jamais vu autant de monde », témoigne un membre du comité. Pourtant, la buvette n'est pas prise d'assaut. Et pour cause, la plupart des fêtards avaient pris leurs propres bouteilles avec eux. Visiblement, les mélanges sont détonants. La musique a beau s'arrêter à 2 heures du matin, beaucoup de jeunes jouent les prolongations sur la plage. Et certains s'occupent comme ils peuvent : bagarres, tags, jets de bouteilles en verre, sauts sur le toit des voitures, etc.

La responsable de la cabane située près de l'Untxin est même obligée de repousser des individus qui tentent de fracturer la porte. Celle du club de plage a décidé de porter plainte suite à de nombreuses dégradations.

Pas de blessé grave

Les agents municipaux ont passé la journée de mercredi à nettoyer la plage. Certains bateaux du port ont été dégradés. Dans la nuit de mardi à mercredi, les pompiers ont dû intervenir à huit reprises pour des blessures ou des comas éthyliques. «

Heureusement qu'il n'y a pas eu de grosses blessures. Le pire a été évité », souffle le président du comité des fêtes Jojo Aramburu. Même s'il y avait pas mal de monde aux fêtes de Socoa, en mai dernier, personne ne s'attendait à voir débarquer une foule si dense, le soir du 14 juillet. « La surprise a été totale. » « Pour continuer ce bal les prochaines années, il faudrait la présence d'agents de sécurité privés. Or, nous ne voulons pas organiser un événement de cette ampleur », répète le comité des fêtes qui organisait la sixième édition du 14 juillet. Et la dernière. Le bal du 15 août est également annulé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article